top of page
  • Photo du rédacteurThierry

Circulation des VTT en forêt : j'en appelle à une concertation accrue !

COMMUNIQUE DE PRESSE


La question de la circulation des VTT dans les forêts wallonnes a été un thème récurrent en cette année 2020 où la pratique a explosé avec le confinement. A plusieurs reprises depuis le mois de février, le député Thierry Witsel (PS) est intervenu pour demander une adaptation du code forestier, afin d’autoriser la pratique sur des sentiers de moins de 1 mètre de large.


Cette thématique, reprise ensuite par plusieurs partis, a permis d’obtenir des ouvertures politiques avec l’engagement, de la part de la Ministre Céline Tellier (ECOLO) de « questionner le code forestier » et celui de la Ministre Valérie De Bue (MR), de mettre en œuvre une « Task Force vélo » chargée de travailler sur un balisage adapté aux pratiques contemporaines.


Ces avancées ont permis aux pratiquants, regroupés au sein de la Mountain Bike Foundation, d’être associés à ces travaux depuis l’été. Sur le terrain, dans la plupart des sites propices au VTT, un climat constructif s’était créé pour trouver des solutions concrètes et prenant en compte les aspirations de tous.


Ceci étant, des cas – heureusement isolés – de tensions subsistent avec des conséquences malheureuses. Ainsi, il y a deux semaines déjà, Thierry Witsel interrogeait en question urgente au Parlement de Wallonie la Ministre Tellier sur le cas d’un Vététiste très lourdement sanctionné au terme d’une enquête numérique, sans qu’une démarche de prévention ait été mise sur pied pour l’informer qu’il ne pouvait légalement circuler à certains endroits.



Cette thématique a été reprise cette semaine en commission, notamment par les députés Eddy Fontaine (PS). En réaction, le porte-parole du Service Public de Wallonie a ajouté : « Il faut rappeler que les itinéraires en forêt sont interdits, sauf s’ils sont balisés ».


Thierry Witsel tient à réagir en précisant que, contrairement à ce qui a été dit, les cyclistes peuvent circuler sur tous les chemins, balisés ou non. Et il soutient aussi la demande des pratiquants de pouvoir circuler sur les sentiers de moins d’un mètre de largeur. En effet, avec la végétation et les cheminements forestiers, il est souvent presque impossible de savoir si la trace sur laquelle on se trouve respecte ou non le code forestier actuel.


De plus, Thierry Witsel appelle à une meilleure sensibilisation des pratiquants sur cette question afin que ces adeptes d’un sport sain et respectueux de la nature puissent pratiquer leur passion en toute connaissance de leurs droits et de leurs devoirs, dans un climat de confiance.


300 vues0 commentaire

Comments


bottom of page